Démocratie réelle ou démocratie de façade ?

Jeu de rôle, débat mouvant, porteur de parole, mur d’expression, twitter wall, speed-dating, hangout….ces nouvelles « formes de participation » furent au menu du lancement du processus des Assises de la démocratie locale le 4 octobre dernier. Pour faire participer les citoyens aux décisions locales, « il faut innover sur la forme, prendre des risques* » déclare Nathalie Appéré.

Et sur le fond ?

La crise politique qui se traduit lors de chaque échéance électorale par une abstention massive, par le refus pour certains de s’inscrire sur les listes électorales, n’est pas qu’une question de forme. Au fil des années a grandi le sentiment que quels que soient les résultats des élections, les élus ne tenaient pas compte des avis des citoyens.

« Souvent les habitants veulent savoir quelles sont les contraintes, pourquoi on doit prendre telle décision* » nous dit Didier le Bougeant. Gageons que cela ne suffira pas à résoudre la crise démocratique. Continuer de considérer que les citoyens sont convoqués tous les 6 ans pour donner leur avis sur les choix politiques de leur ville, et qu’on leur doit des explications en cours de mandat, c’est aller droit dans le mur.

Promouvoir une autre conception du rôle des élus est essentiel. Pourquoi ne pas considérer les élus comme des partenaires avec lesquels on construit les choix politiques tout au long de leur mandat ?

Ainsi il ne s’agit pas seulement d’inviter les rennais et les rennaises à participer à une réunion dont le sujet aurait été choisi par les élus, mais de favoriser la possibilité de convoquer les élus sur un sujet choisi par les habitants. Il ne s’agit pas seulement de consacrer 5% du budget de la ville à des projets participatifs, mais de consulter les habitants sur l’ensemble du budget.

Ensemble! a porté l’idée du référendum d’initiative local avec la liste Changez la ville!. A partir d’un large soutien populaire sous forme de pétition par exemple, il s’agit de provoquer l’organisation d’un vote des rennais et des rennaises dont le résultat s’imposera à tous. Un référendum c’est aussi l’occasion d’un débat politique approfondi au cours duquel se construit des majorités d’idées, comme l’a montré le débat sur le traité constitutionnel européen, ou dans un autre registre, celui sur la privatisation de l’eau (rejetée par les participants) en Italie.

Nous ne voulons pas seulement être consultés, nous voulons décider.

*http://metropole.rennes.fr/actualites/les-themes/citoyennete/retour-en-images-et-en-tweets-sur-la-fabrique-citoyenne/